Les bonnes affaires familiales de Lydia Guirous, l’ex-porte-parole des Républicains

L’ex-porte-parole des Républicains aurait monté une stratégie commerciale avec son mari afin que sa société touche des commissions sur les marchés qu’il l’aide à conclure.

Des factures juteuses

La jeune femme, a créé une société baptisée « Future, au féminin », du même nom que l’association dont elle est présidente, et qui se décrit comme un mouvement pour un « féminisme républicain et pragmatique ». Cette société, grâce à un contrat passé avec la société de recouvrement CTR fin 2017, lui permet de prendre 10% de commission sur des marchés conclus avec la Croix-Rouge. Or son mari, Jacques Touzard, est le délégué national sanitaire de l’association d’aide humanitaire, tout en étant associé à « Futur, au féminin » (à hauteur de 50% des parts). Le Canard dénonce donc un conflit d’intérêt patent.

En effet, depuis son poste de dirigeant à la Croix-Rouge, Jacques Touzard incitait des hôpitaux à passer des contrats avec CTR, pour recouvrer des créances auprès de patients par exemple. Il aurait ainsi expressément demandé à l’hôpital gériatrique Henri-Dunand de “mandater (CTR) le plus rapidement possible”, comme le rapporte Capital. Le Canard révèle même une facture qui montre que CTR a versé 11 414 euros à « Futur au féminin » pour un marché passé avec la Croix-Rouge en Guyane.

Contacté par le Canard, M. Touzard prétend ne “pas être au courant de cette commission », puisque « c’est sa femme qui gère la société ». Cette démarche d’enrichissement a été immédiatement sanctionnée par la Croix-Rouge, dès que la nouvelle a été révélée : il a été mis à pied. liser”.

Source: lesinrocks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *