[vidéo]Scandale Sanofi supprime 400 postes après s’être gavé d’argent public

Le groupe français va supprimer 400 postes de chercheurs. En dix ans, les effectifs en recherche pharmaceutique ont été divisés par deux. Les syndicats contestent la stratégie du groupe, qui se recentre sur les domaines les plus rentables. Une grève se tiendra ce mardi 19 janvier.

C’est presque un comble. En pleine pandémie mondiale, et alors que Sanofi est à la traîne dans la finalisation de son vaccin contre le Covid-19, le groupe français s’apprête à supprimer 400 postes de chercheurs.

Ce chiffre a été communiqué aux syndicats par la direction de Sanofi, puis révélé lundi 18 janvier par nos confrères de France Inter .

Un scandale sans nom. Sanofi annonce la suppression de 400 postes dans sa branche recherche et développement en France. En pleine pandémie mondiale. Alors que le groupe a déjà du retard dans la recherche d’un vaccin français. Après s’être gavé d’argent public (1 milliard d’euros de Crédit d’impôt recherche) et avoir reversé 4 milliards d’euros de dividendes. Le groupe bénéficie de liens privilégiés au sommet de l’État : c’est son PDG qui a fait entrer Emmanuel Macron chez Rothschild. Les salariés se mettent en grève ce mardi 19 janvier.

9,5 milliards de chiffre d’affaires, 4 milliards de dividendes, 1 milliard d’argent public… 400 postes supprimés en plein Covid

« Faire de la France son pôle d’excellence mondial dans la recherche et la production de vaccins ». C’était l’objectif affiché par Sanofi avec un investissement de 610 millions d’euros dans la région lyonnaise cet été. Mais alors que tous les projecteurs sont braqués sur le retard français en recherche et en production de vaccin en pleine pandémie mondiale, Sanofi vient d’annoncer la suppression de 400 postes en recherche et développement en France.

Le scandale est énorme. Sanofi a en effet touché plus d’un milliard d’euros de Crédit d’impôt recherche (CIR) en 10 ans. Ce qui correspond à quelque 130 millions d’euros d’argent public par mois depuis 10 ans ! Le groupe est de plus soutenu par le plan « relocalisation » d’Emmanuel Macron. Le Président de la République a annoncé le 16 juin dernier vouloir débloquer 200 millions d’euros pour la relocalisation d’« infrastructures de production, recherche et développement ». Le secteur justement visé par le plan de licenciement du laboratoire pharmaceutique.

Sanofi se porte pourtant très bien. Le résultat net de ses activités a en effet progressé de 9,4% au troisième trimestre 2020. Son chiffre d’affaires atteint… 9,5 milliards d’euros. Pourtant, le groupe dépèce sa branche recherche et développement. En 2007, ses effectifs comptaient plus de 6 000 salariés. Si les 400 suppressions de postes se confirment, le total des effectifs de la branche passera sous la barre des 3 000 salariés selon les syndicats. Des effectifs qui ont donc fondu de moitié. « En même temps », le groupe reverse de généreux dividendes. Cette année, ce sont 4 milliards d’euros de dividendes que le groupe a reversés (dont 200 millions d’euros à Blackrock !) alors que 80% de ses revenus en France dépendent des remboursements de la Sécurité sociale.

Source: linsoumission/ pontivy.maville



U

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *